merci!

Bonjour,Tout d'abord un grand MERCI à toi Pepina! Il y a tellement peu de témoignages de personnes qui ont démissionné de l'éducation nationale! ton expérience m'a aidé à me donner le courage! ironie de l'histoire j'ai découvert ton blog l'année dernière quand je préparais le CAPES et losque j'avais déjà des doutes...
et voilà ma petite histoire au sein de l'Educ Nat:
professeur stagiaire en anglais depuis septembre 2008.
fin novembre je savais que ce n'était pas pour moi et j'ai donné ma démission. j'ai continué à enseigner jusqu'aux vacances de Noël - je n'ai pas eu de regret! même pas une petite pensé du genre "j'ai fais une connerie"
car je sais, je le sais dans mes trippes que ce n'est pas pour moi!
j'adore l'anglais!
mais je n'ennui à le transmettre au niveau collège et lycée!
être prof en 2008, 2009, 2010... c'est un rapport de force constant avec les élèves!
c'est chercher le respect des élèves mais aussi des parents
ce n'est plus vraiment "enseigner" mais c'est surtout "eduquer"
et moi je ne suis pas faite pour ça
j'ai rencontré des profs fantastiques dans le collège, qui justement sont des "educateurs", des profs passionnés, patients, sans cesse en train de rélfechir comment ils pourraient faire passer quelque chose aux élèves... une valeur, une connaissance, une experience...
j'ai aussi entendu leurs cris d'alarme "de plus en plus d'élèves perturbateurs" "des parents qui ne respectent pas l'école" "suppressions de moyens alors que la tâche devient de plus en plus difficile" et j'ai un tel respect pour ces profs! ce sont des héros anonymes.
j'aurais aimé avoir leurs forces et leurs convictions, mais je suis de nature beaucoup trop sensible pour aller dans l'arène pendant 40 ans voir plus!qu'est ce que je fais aujourd'hui?
je travail à la réception d'un hôtel
et j'envisage de faire un master de psychologie clinique par correspondance, par forcement pour devenir psy mais parce que ça m'intéresse...le moment de transition a été difficile mais je suis heureuse d'avoir eu la force de m'écouter!
ce n'est pas un métier qu'on peut faire en se disant "au moins j'ai la sécurité de l'emploi"... même si en ces temps de crise il est encore plus difficile d'abondonner un tel poste!Bon courage à tous, prof démissionnaire et prof en exercice!

Posté par nad, 25 janvier 2009 à 12:52

Radié

Bonjour à tous,
Voilà, je confirme. Six mois après avoir présenté ma démission, je viens de recevoir ma belle lettre de radiation signé de l'irresponsable recteur. SIX MOIS quand même. Et pour les indemnités, tintin! Il semblerait qu'on manque de profs. Enfin, celui là, je l'emmerde! Et là où je rigole (je suis maintenant développeur web), c'est que je suis en train de refaire le site d'une université! Ah les cons, ils m'avaient sous la main, ils préfèrent payer ... (euh... me payer cher)

Posté par D2R2, 16 février 2009 à 08:38

Disponibilité en cours d'année

Je trouve ce post et ces commentaires intéressants, et importants pour informer les profs qui sont dans cette situation. Certaines personnes à la DRH (je dépends de Créteil) sont à l'écoute du malaise des jeunes profs qui veulent se réorienter, mais il y en a trop peu, qui sont donc très peu disponibles, et que les nouveaux dirigeants du Rectorat (nommés depuis peu) essaient de bâillonner.

Je suis prof de lettres, titulaire depuis 2001, et j'ai enseigné jusqu'en 2007. En 2005 j'ai décidé de reprendre des études en psycho, pour suivre un projet personnel en devenant psychologue (dans un premier temps). J'ai d'abord commencé par demander un service à temps partiel, et j'ai fait mes études en alternance (80% puis 50%). C'est devenu de plus en plus difficile, et lors de la 2e année d'études j'ai demandé un rv à la DRH. On m'a proposé une mise en disponibilité, et pourquoi pas en cours d'année? (on était en décembre).

J'ai dit oui, la dispo a été acceptée par le DRH de l'époque, et j'ai donc cessé d'enseigner en février 2007 pour me consacrer uniquement à mes études. Comme je ne voulais rien devoir à l'EN, j'ai pris un emprunt bancaire (ouille) et j'ai donné des heures de cours particuliers pour pouvoir me nourrir correctement. La vie d'étudiant, quoi.

Aujourd'hui je finis mes études, et vu la conjoncture socio économique actuelle je me demande si je ne vais pas demander une réintégration, pourvu qu'un poste correspondant à mes nouvelles compétences soit possible. Sinon, je démissionne. Et je me démerderai autrement, tant pis pour eux; ils perdront la possibilité d'embaucher un prof titulaire expérimenté, psychologue clinicien de surcroît, ce qui après tout ne court pas les rues.

Mais il faut savoir ce qu'on veut! Bonne chance à tous, et gardez espoir: en rencontrant les bonnes personnes au bon moment, vous verrez que beaucoup de choses sont possibles auxquelles vous n'aviez d'abord pas songé!

Posté par Anamnesis, 02 mars 2009 à 10:44